La ville de Mbour dans son site naturel

Le site naturel de la ville de Mbour fait référence aux données caractéristiques du milieu naturel. Elles sont relatives au relief et à la géologie, au climat, à l’hydrogéologie et à la végétation.

Relief et Géologie
La commune de Mbour est implantée sur un site en demi-cuvette fermé à l’ouest par l’océan  Atlantique.  La  configuration  du  relief  de  la  ville  de  Mbour  offre  de  réelles possibilités  pour  le  développement  de  la  pêche  et  du  tourisme.  En  effet,  l’aspect général de la côte présente une plage linéaire et plate de sables fins d’une largeur moyenne de 100 m. Un tel site est favorable au développement de ces activités et à
l’implantation humaine.

Le climat
Le climat de la ville s’inscrit dans celui du climat tropical caractérisé par l’alternance d’une saison sèche qui dure environ neuf mois et d’une saison pluvieuse comprise entre juin et septembre.
De novembre à mai, la petite côte subit l’influence de l’alizé maritime et du courant froid  des  Canaries  qui  rafraîchissent  les  températures  moyennes  et  diminuent l’humidité de l’air. Comme  pour  l’ensemble  de  la  petite  côte,  le  climat  de  Mbour  est  particulièrement agréable pendant la saison sèche, car elle se trouve à l’abri de la houle de l’océan Atlantique, au Sud de la pointe de la presqu’île du Cap Vert.

L'hydrogéologie
La  ville  de  Mbour  est  située  sur  des  formations  géologiques  d’âge  secondaire  et tertiaire qui sont composées pour l’essentiel de calcaires et de grès. Les séries du bassin  sédimentaire  renferment  des  eaux  souterraines  à  plusieurs  niveaux.  Les nappes  phréatiques  sont  localisées  dans  le  grès  du  Continental  Terminal  ou  dans des  calcaires  de  l’Eocène.  Selon  P.  Elouard  et  P.  Michel  (1977),  les  calcaires  du Paléocène, par suite de leur Karstification, constituent un aquifère dans la région de Mbour et plus encore autour du massif de Ndiass. Ce phénomène géologique a ainsi permis  la  formation  des  réserves  d’eau  potable  importantes  pouvant  servir  à l’alimentation de la ville.

La végétation
En absence de relief élevé et de  réseau hydrographique, le facteur climatique joue un  rôle  déterminant  sur la flore  locale.  La  ville  de  Mbour est  située  à  la  limite des domaines  sahélien  et  soudanien,  avec  une  végétation  composée  de  savanes arbustives  et  arborées.  Les  principales  essences  rencontrées  sont :  Acacia  albida, Mayteruis  senegalensis,  Anona  senegalensis,  Eragrostis  tremula,  Balanites aegyptica,  Acacia  senegal,  Acacia  seyal...  Le  tapis  herbacé  est  fait  de  graminées annuelles où domine le Cenchrus biflorus.  Des  arbres  d’alignement  (cailcédrats,  neems)  sont  implantés  le  long  des  artères principales  du  centre  ville,  conférant  au  paysage  urbain  un  cachet  particulier. Cependant, cette végétation est de plus en plus dégradée, car les arbres vieillissants ne sont pas remplacés.

________
Source: CABEX SARL

Nos Partenaires